Article spécial de la newsletter Nourritures Terrestres, par Clément Jeanneau, qui nous propose un riche résumé de l'étude sur la résilience alimentaire publiée par Les Greniers d'Abondance. Nous avons choisi de publier son texte car cela nous semble plus que jamais d'actualité.


« L’une des leçons de la crise actuelle est de repenser la souveraineté alimentaire. La relocalisation de notre alimentation est un fondement de notre sécurité alimentaire. » - Emmanuel Faber, PDG de Danone, interviewé récemment.

En cause en particulier ici : « les chaînes d’approvisionnement internationales à flux tendus, sans stocks et sans redondance, qui nous rendent bien trop vulnérables » pour citer l’économiste Gaël Giraud.

Les observateurs estiment que la France devrait, pour cette crise-ci, échapper aux pénuries et rationnements alimentaires, et ce malgré un autre problème (qui est un exemple typique d’enchaînements en cascade peu anticipés qui se développeront avec le réchauffement climatique) : la fermeture des frontières dans l'espace Schengen, qui a bloqué le recours à la main d’œuvre agricole étrangère, menant à un risque de paralysie de l’agriculture de plusieurs pays européens.

Si ces perturbations focalisent aujourd’hui l’attention, elles sont cependant loin d’être les seules menaces pesant sur notre système alimentaire.

En février, quelques semaines avant l’éclatement de la crise actuelle en France, une grande étude intitulée « Vers la résilience alimentaire » dressait justement un panorama de ces multiples menaces ainsi que des voies de résilience.

Réalisée par l’association « Les Greniers d’Abondance », en lien avec des scientifiques et acteurs de terrain, elle expose les vulnérabilités du système alimentaire français face à différentes crises systémiques. Le sujet a longtemps été relégué au second plan, pour ne pas dire oublié. En décembre 2019, une proposition de résolution sur le sujet avait d’ailleurs été déposée au Sénat, et rejetée (de peu).

Pour ce numéro n°10 de Nourritures terrestres, je vous propose un résumé des 175 pages de cette étude (merci à Thibaud Delepoulle pour sa contribution précieuse à ce travail). Ce numéro est plus étoffé que d’habitude car il me semble que le sujet le mérite particulièrement.

Pour planter le décor : la fin d’une époque

  • Les conditions historiques ayant permis au système alimentaire industrialisé de prospérer sont tout sauf garanties pour les années à venir.
  • Les réponses aujourd’hui apportées sont dérisoires au regard des bouleversements auxquels nous faisons face.
  • Nos conditions de vie futures dépendent largement des décisions prises aujourd’hui.

En quoi notre système alimentaire est menacé

On peut distinguer quatre grands types de menaces rien que sous le prisme écologique :

1 – Les effets du changement climatique

En France, la majorité des cultures dépendent des précipitations naturelles, et non de l’irrigation. Une sécheresse peut donc mettre en péril leur bon développement. C’est ce qui s’est produit lors des sécheresses de 1976 et 2003, avec des baisses de rendement moyennes de 20-30%. Or d’ici 2060, les épisodes de sécheresses risquent d’être 10 fois plus fréquents et 70% plus longs.

—> Au printemps et en été (principales saisons de croissance végétale), le taux moyen d’humidité des sols correspondra en 2050 au niveau « très sec » ou « extrêmement sec » d’aujourd’hui dans la majorité des régions.

Même si elle dépend surtout de la pluie, l’agriculture consomme tout de même la moitié de l’eau douce prélevée en France – et 80% l’été. Avec le développement des canicules, cet usage entrera en concurrence directe avec les usages domestiques prioritaires, dont l’eau de boisson.

—> Les arrêtés de restriction d’usage d’eau se multiplieront et s’étendront en durée, avec de impacts forts sur les agriculteurs dépendants de l’irrigation.

Et ceci sans compter que le réchauffement favorisera aussi le développement et la migration des pathogènes et ravageurs de culture.

2 – Les effets de l’effondrement de la biodiversité (sauvage comme cultivée)

L’ampleur et la vitesse du déclin de la biodiversité sont comparables à ce qui s’est produit lors des 5 grandes crises d’extinction massive des temps géologiques.

La carte ci-dessous présente l’évolution des espaces agricoles à « haute valeur naturelle », en gris foncé (à gauche : 1970 ; à droite : 2000) :

Les insectes en particulier, en voie d’anéantissement, entraînent dans leur chute l’ensemble des espèces qui en dépendent. Au moins trois menaces en découlent pour l’agriculture :

  • Menace pour la pollinisation des plantes cultivées (qui représentent 1/3 de la production agricole mondiale) ;
  • Menace pour la fertilité des sols, pour laquelle vers de terre, insectes et champignons remplissent de nombreuses fonctions essentielles ;
  • Menace pour la santé des cultures en raison des ravageurs qui se propagent avec l’érosion de biodiversité.

Par ailleurs, la biodiversité cultivée s’est fortement appauvrie : sur les 6000 espèces végétales ayant été cultivées par l’humanité, seules neuf espèces assurent aujourd’hui les 2/3 de la production mondiale. Qui plus est, la diversité génétique des espèces cultivées a diminué, à mesure que les multiples variétés locales ont été délaissées au profit de variétés à haut rendement.

—> Ce manque de diversité devient une vulnérabilité dans un environnement incertain, propice aux perturbations climatiques ou biologiques.

Exemple historique de crise alimentaire liée à un manque de biodiversité : la grande famine d’Irlande au milieu du XIXème siècle.

  • Au départ, forte dépendance à une seule variété de pomme de terre,
  • Arrivée d’un champignon pathogène qui fait chuter la production de 30%,
  • Combiné à une situation économique difficile, cet épisode conduit ¼ de la population irlandaise à la mort ou à l’exil.

Exemple d’un cas aujourd’hui inquiétant : les maladies dites des « rouilles du blé ». Les variétés modernes de blé cultivées sont très proches génétiquement, or émergent actuellement de nouvelles souches de rouilles très virulentes (plusieurs épidémies récentes en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe), ce qui constitue un danger pour la sécurité alimentaire.

3 – La dégradation et l’artificialisation des sols
  • Les sols diminuent aussi bien en surface (en raison de l’artificialisation, qui touche souvent des terres particulièrement fertiles) qu’en profondeur (en raison de l’érosion).
  • Dans plusieurs régions, l’érosion des sols intensément cultivés est plus de dix fois supérieure à leur vitesse de formation.
  • Boucle de rétroaction à l’œuvre : les événements climatiques extrêmes (inondations, sécheresses, etc.) accentuent l’érosion des sols. En retour, cette érosion aggrave le changement climatique en libérant du carbone stocké dans les sols.
  • Par ailleurs, des pollutions multiples touchent la plupart des sols, affectant leur rendement (pesticides, microparticules de plastique, métaux lourds…).
4 – L’épuisement des ressources énergétiques et minières

L’agriculture est passée en moins d’un siècle d’une situation d’autonomie énergétique à une très forte dépendance aux énergies fossiles.

Notre système alimentaire est en particulier très largement dépendant du pétrole, aussi bien pour le fonctionnement des machines agricoles, la fabrication d’un grand nombre d’engrais (pour l’exploitation des mines puis le transport), que pour les chaînes de transformation et distribution.

Exemple parlant : la fabrication d’un yaourt à la fraise fait intervenir une dizaine d’industries et plus de 9 000 km de transport routier de bout en bout de la chaîne. Il suffit qu’un seul des maillons de la chaîne soit rompu pour perturber la chaîne entière. La dépendance au pétrole est particulièrement préoccupante : la production de pétrole conventionnel a franchi son pic en 2008, comme l’a confirmé en 2018 l’Agence internationale de l’Energie (AIE) ; et les pétroles de schistes américains ne permettront plus de compenser suffisamment pour éviter une pénurie à l’horizon 2025, à moins d’ « un miracle » selon le patron de l’AIE lui-même. Une contraction sur l’offre globale de pétrole est donc probable à court terme. Les pays totalement dépendants des importations (comme la France, malgré sa puissance exportatrice) sont particulièrement vulnérables à ce risque.

Or depuis 2000 les importations agroalimentaires ont été presque doublées en France et couvrent une part de plus en plus importante de l’alimentation des Français (plus d’un fruit et légume sur deux consommés en France est aujourd’hui importé, et les chiffres sont également en hausse pour la volaille, le porc, les produits laitiers, etc.).

Au problème des énergies fossiles s’ajoute celui des ressources minières, comme le phosphore, élément critique pour la croissance des plantes : outre le sujet de la finitude de ces ressources, l’incertitude demeure sur notre capacité à exploiter les mines dans un monde contraint en pétrole.

…Tout ceci sans parler de la vulnérabilité économique des acteurs du système alimentaire (les agriculteurs constituant déjà la catégorie socio-professionnelle avec le plus fort taux de pauvreté en France). Cette vulnérabilité tient notamment à des dépendances déjà citées plus haut mais aussi à des transformations de notre système alimentaire mises en place ces dernières décennies, comme l’hyperspécialisation des territoires et des acteurs (voir plus bas « 6. Evoluer vers une agriculture nourricière »).

Résilience alimentaire : de quoi parle-t-on ? Quels critères ?

Un système alimentaire est résilient lorsque la sécurité alimentaire est garantie au cours du temps, malgré des perturbations variées et imprévues. (Ce qui est entendu par sécurité alimentaire d’un territoire : lorsque tous ses habitants ont à tout moment la possibilité physique, sociale et économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive). Notre système alimentaire actuel est peu résilient : peu diversifié, dépendant de ressources qui s’épuisent, construit pour la maximisation à court terme de la production. La poursuite des tendances historiques ne ferait qu’aggraver cette situation. Pour tendre vers la résilience, il ne faut pas renforcer les structures du système alimentaire en l’état, mais transformer celui-ci en profondeur. Parmi les principaux critères de résilience d’un système alimentaire, figurent :

  • La diversité à tous les niveaux (production, variétés, pratiques…) : elle permet que le système soit plus robuste (en augmentant les chances que certains maillons résistent mieux) et plus adaptable (par sélection des pratiques les plus efficaces à mesure des évolutions).
  • L’autonomie du territoire (exemple : fermes disposant localement de leurs facteurs de production et des moyens de commercialiser et transformer leurs produits) ;
  • La modularité et connectivité du système (fonctionnement en unités relativement autonomes qui peuvent se soutenir mutuellement) ;
  • La redondance (le fait qu’une même fonction soit assurée par plusieurs éléments indépendants du système).

Pourquoi l’objectif de résilience implique une approche systémique : chaque menace a le potentiel d’affecter l’ensemble du système, et leur combinaison peut avoir des répercussions plus graves encore. L’erreur serait donc de se focaliser sur certaines menaces spécifiquement (le changement climatique, typiquement) en faisant l’impasse sur une ou plusieurs autres (par exemple, la dépendance au pétrole). Il en est de même si l’on ne travaille que sur un seul maillon du système (production, distribution…).

Précisons que la résilience est un objectif nécessaire mais non suffisant : cela ne devrait pas se substituer à un objectif de justice sociale et d’équité, ni à l’impératif de soutenabilité.

Les voies de la résilience

1. Augmenter la population agricole

Entre 1990 et 2008, la population active agricole a été divisée par deux. La tendance n’est pas nouvelle : l’agriculture représentait 1/3 des actifs en 1950 ; 1/6e en 1970 ; 1/30e aujourd’hui. La profession est vieillissante et peine à se renouveler. Si la tendance se prolonge, la France comptera encore un quart d’agriculteurs en moins d’ici 10 ans.

—> Une augmentation en valeur absolue du nombre de paysans est essentielle pour la résilience.

Le nombre de fermes a chuté d’un tiers entre 2000 et 2016. La tendance est à la concentration des terres (les exploitations de plus de 100 hectares couvrent les ¾ du territoire agricole français), avec un recours accru à la mécanisation.

—> La résilience nécessite des fermes plus nombreuses et plus diversifiées, avec des pratiques plus intensives en main d’œuvre.

Ci-dessous, l’évolution du nombre d’exploitations agricoles en France depuis 150 ans :

2. Préserver les terres agricoles

Les constructions humaines continuent de s’étendre en détruisant de façon souvent irréversible des terres agricoles fertiles et proches de nos lieux de vie. Les collectivités françaises sont loin du « zéro artificialisation nette » pourtant fixé comme objectif par la Commission Européenne en 2011 et inscrit au Plan Biodiversité en 2018.

Citons ici trois chiffres parlants :

  • L’équivalent de la surface moyenne d’un département français disparaît sous des constructions humaines tous les 10 à 15 ans.
  • L’artificialisation des sols grandit 3 fois plus vite que la population française.
  • La surface agricole est passée de 35 millions d’hectares en 1960 à 28 millions aujourd’hui, avant tout à cause de l’artificialisation.

Ce phénomène est surtout dû à l’étalement urbain et à l’habitat en maison individuelle.

Le problème essentiel est que l’étalement urbain se fait avant tout sur les terres qui sont à la fois les plus riches et à proximité immédiate des lieux d’habitation. Or conserver un maximum de surfaces agricoles productives est essentiel pour la résilience. Sans compter que l’étalement urbain accentue la dépendance au pétrole pour se déplacer et donc se nourrir…

—> Il faut renverser le regard porté sur les espaces naturels, agricoles et forestiers, trop souvent perçus comme des territoires vierges réservées à une urbanisation future potentielle.

—> Les collectivités qui cherchent à contenir leur urbanisation prennent généralement pour référentiel de comparaison leurs documents de planification antérieurs, et tendent à présenter tout ralentissement du flux d’artificialisation comme un progrès. Cette comparaison est trompeuse, d’une part parce que leurs documents antérieurs sont souvent très permissifs, d’autre part parce qu’elle entretient une confusion entre stock et flux : un nouvel espace artificialisé est toujours une perte nette d’espaces naturels et agricoles, et donc une aggravation par rapport à la situation initiale.

—> La compensation ne peut constituer le cœur d’une stratégie « zéro artificialisation nette » (pour plus d’explications, lire la dernière partie du numéro de Nourritures terrestres sur les limites de la compensation). Il faut d’abord éviter, puis réduire, et seulement enfin compenser.

3. Favoriser l’autonomie technique et énergétique des fermes

La motorisation est l’un des piliers de la production agricole moderne (au point qu’aujourd’hui en France, on compte plus de tracteurs que d’agriculteurs). Elle a amené d’immenses gains de productivité, mais aussi une perte d’autonomie : dépendance aux énergies fossiles, dépendance au système industriel complexe et spécialisé, et nécessité d’agrandir les exploitations pour amortir le coût important des machines (qui impliquent un lourd endettement) avec les conséquences écologiques que cela entraîne souvent.

Les fournisseurs d’équipement ont subi une concentration importante au cours des dernières années. Les tracteurs ne comptent par exemple plus aucun fabricant français depuis 2003. Plus généralement, la complexité de fabrication et d’entretien de nos machines agricoles est un facteur de vulnérabilité important. Le risque de rupture d’approvisionnement est à considérer en cas de forte crise économique conduisant à la fermeture d’usines ou à la faillite de fournisseurs clés – en particulier s’agissant des pièces d’entretien et de réparation.

—> Le développement d’une filière locale et dynamique de construction et d’entretien de matériel agricole est un facteur de résilience important du territoire.

—> Il faut promouvoir, en parallèle, une R&D (aujourd’hui très peu existante) sur des outils adaptés à des pratiques agricoles économes en ressources et pouvant être réparés facilement (à rapprocher des logiques low tech) – plutôt que d’investir uniquement dans des projets type « startup » ou « high tech ».

4. Diversifier les variétés cultivées et développer l’autonomie en semences

La grande homogénéité génétique des variétés modernes les rend vulnérables face à des perturbations climatiques ou biologiques de plus en plus fréquentes. En un siècle, la diversité génétique réellement cultivée du blé a par exemple chuté de moitié.

Les semences sont produites par des entreprises spécialisées, pour des pratiques agro-industrielles peu résilientes et sans prise en compte des spécificités territoriales. Aujourd’hui seules les variétés inscrites au catalogue officiel peuvent être commercialisées. L’amélioration des plantes cultivées se fait surtout de manière centralisée et sans lien avec les conditions de culture propres à chaque territoire.

—> Il est indispensable de développer un réseau local de sélection et de distribution de semences, afin de disposer de variétés diversifiées et adaptées au territoire.

5. Adopter une gestion intégrée de l’eau

Avec le changement climatique, les tensions d’accès à l’eau vont être exacerbées (voir plus haut « Les effets du changement climatique »).

—> Réduire les besoins agricoles en eau est la première priorité. Ceci passe par :

  • Plus de cultures résistantes à la sécheresse
  • Bien moins de cultures dépendantes de l’irrigation comme le maïs (le maïs représente la moitié des surfaces irriguées en France, pour seulement 10% de la surface cultivée).
  • Une évolution des pratiques, en favorisant l’infiltration et la rétention d’eau dans les sols (tendre vers plus d’agroécologie).

Notons en outre que la gestion intégrée de la ressource en eau s’accompagne d’une amélioration nette de sa qualité. L’agriculture peut être une source importante de pollution des eaux, ou au contraire participer de leur préservation. En la matière, le coût du curatif atteindrait une centaine de fois celui du préventif.

6. Evoluer vers une agriculture nourricière

L’essor des transports et du libre-échange ont permis aux régions agricoles de se spécialiser. Cette rationalisation économique a engendré une distanciation continue entre les habitants et les terres qui les nourrissent, et donc une dépendance accrue aux infrastructures de transport et au pétrole.

On constate une perte d’autonomie alimentaire à toutes les échelles. A l’échelle d’un bassin de vie, presque toute la production agricole est exportée, tandis que presque tous les aliments consommés sont importés. A l’échelle du territoire national, la moitié des fruits et légumes sont importés. Le pays a perdu l’essentiel de son autonomie en protéines végétales. La plupart des élevages français emploient des cultures distantes de 10.000 km.

Notre alimentation dépend de filières d’approvisionnement de plus en plus longues et complexes. Il en résulte une vulnérabilité directe face à l’épuisement des ressources pétrolières et aux risques de crise affectant les moyens de transports et/ou de communication (inondations, blocages politiques ou économiques…). Et ce sans parler des nombreux problèmes écologiques listées dans l’étude (qui aggravent en retour les menaces pesant sur notre production agricole) posés par la spécialisation des exploitations et des territoires.

Relocaliser le système alimentaire nécessite de développer une agriculture nourricière, donc plus diversifiée. Les territoires doivent se fixer des objectifs d’autonomie alimentaire pour différentes denrées de base. Cela implique de faire évoluer une partie de la production des exploitations vers ces aliments ; de relocaliser les facteurs de production ; d’utiliser la commande publique en restauration collective pour soutenir certaines productions ; et bien d’autres pistes décrites dans l’étude.

7. Généraliser l’agroécologie
  • L’évolution des pratiques agricoles depuis le milieu du XXe siècle a notamment entraîné trois transformations :
  • Un environnement profondément dégradé (destruction des éléments naturels du paysage) ;
  • Une forte dépendance aux intrants (la consommation de pesticides n’a par exemple jamais été aussi élevée) ;
  • Une grande homogénéité des systèmes agraires (or, par exemple, le manque de diversité des cultures rend celles-ci plus vulnérables aux stress environnementaux et aux bioagresseurs).
  • L’adoption massive de pratiques agroécologiques est impérative pour renforcer la résilience des fermes et enrayer l’anéantissement de la vie sauvage.
8. Développer des outils locaux de stockage et de transformation

La très grande majorité des produits alimentaires que l’on consomme ont subi au moins une ou deux transformations. Les filières de transformation sont aujourd’hui hyper-concentrées (économiquement et géographiquement), dominées par de grands groupes industriels qui s’approvisionnent sur de longues distances et livrent sur tout le territoire.

Puisque les produits non transformés se conservent très mal, la résilience d’un système alimentaire dépend étroitement des outils de transformation (et de leurs défaillances potentielles).

—> Pour limiter la dépendance du système alimentaire aux transports et aux énergies fossiles, il faut diversifier les échelles des filières de transformation, en développant plus d’unités complémentaires locales pouvant assurer les besoins de bases de la population. Ceci implique notamment de développer des capacités de stockage, pour ne pas fonctionner en flux tendus.

9. Simplifier et raccourcir la logistique et l’achat alimentaire

La plupart des denrées sont transportées par cargos et camions sur des milliers de km, et acheminés en flux tendus vers des points de ventes accessibles uniquement en voiture.

Pour citer la sénatrice Françoise Laborde : « Aujourd'hui, production et consommation ne sont plus territorialisées, et même les zones rurales sont « alimentairement » vulnérables, perfusées par le ballet des camions de la grande distribution ».

Par ailleurs, les déplacements des consommateurs n’ont fait que grandir ces dernières décennies (passage d’un réseau de commerces de détail en ville, à des grandes et moyennes surfaces en périphérie). Aujourd’hui 90% des achats alimentaires sont effectués en voiture pour une moyenne supérieure à 60 km par semaine pour un foyer de 3 personnes. Anticiper un monde contraint en pétrole implique donc de diminuer fortement le nombre de kilomètres effectués par les aliments et par lesconsommateurs. L’objectif devrait être de structurer des filières territorialisées et de développer une offre alimentaire de proximité accessible à pied, vélo et transports en commun.

Plusieurs leviers sont présentés dans l’étude. Citons trois exemples :

  • Prendre en compte l’alimentation dans la planification urbaine, en stoppant le développement de grandes surfaces commerciales périphériques et l’étalement urbain.
  • Construire des plates-formes mutualisées de distribution pour les producteurs du territoire –peut-être le levier le plus important qu’une collectivité peut mettre en œuvre.
  • Favoriser des espaces de vente de proximité, accessibles sans voiture (et qui peuvent aussi être des moyens de lutter contre la précarité alimentaire).

Le Marché Bus d’Alsace du Nord est une épicerie ambulante de produits locaux et bio qui approvisionne des communes rurales du Bas-Rhin, bénéficiant à des personnes souvent contraintes dans leur mobilité.

10. Manger plus végétal

Notre régime alimentaire actuel est peu efficace.

La production d’aliments d’origine animale accapare une grande partie des ressources par rapport à sa contribution à l’alimentation. La production de lait, viandes et œufs mobilise 85% des surfaces agricoles nécessaires à notre alimentation. Réduire la consommation d’aliments d’origine animale permettrait un usage bien plus efficace des ressources du territoire. 60% de la production céréalière non-exportée est utilisée pour nourrir des animaux. Dans un contexte de contraction globale de la production, la compétition entre alimentation humaine et alimentation animale se trouverait accentuée : des arbitrages seront nécessaires. Il faut tendre vers un remplacement des protéines animales par des protéines végétales dans notre alimentation. Historiquement, les grandes sociétés agraires se sont bâties sur l’association d’une céréale (blé, riz, maïs) et d’une légumineuse (lentille, fève, haricot) dans leur régime alimentaire. Ce trait commun n’est pas un hasard : ce type de régime fournit la base d’un apport nutritionnel équilibré, tout en limitant les ressources nécessaires pour y parvenir.

Nous devons prendre en compte dès à présent les baisses de rendement prévisibles dues aux menaces écologiques présentées plus haut. Répondre à nos besoins avec une production agricole en baisse est possible : cela demande d’affecter en priorité la production agricole à des aliments consommables par les hommes, plutôt qu’aux animaux d’élevage.

Un levier d’action important concerne la restauration collective : réduire fortement la part de protéines animales servies, former les cuisiniers et responsables de cantines, etc.

11. Recycler massivement les nutriments

En France, l’essentiel des nutriments apportés aux sols agricoles proviennent d’engrais minéraux, dont la disponibilité future est compromise par la raréfaction des ressources énergétiques et minières. Le système linéaire d’épuration des déchets fait que les nutriments nécessaires à l’agriculture sont perdus. Le même phénomène se produit pour les déchets organiques qui sont très souvent brûlés, perdant ainsi les nutriments qu’ils contiennent. La linéarité actuelle des flux de nutriments marque une rupture historique : elle contraste fortement avec la situation au début du XXe siècle (gestion circulaire des nutriments, qui avait fait l’objet d’une préoccupation croissante des agronomes au cours du XIXe siècle). A moyen terme, dans un contexte de réduction graduelle des apports en nouveaux nutriments, le système linéaire actuel ne peut que mener à un épuisement progressif des sols agricoles. Assurer l’autonomie du territoire en engrais nécessite de sortir du fonctionnement linéaire actuel et de chercher à boucler le cycle des nutriments. Ceci passe par le retour aux champs des excrétats humains et la valorisation généralisée des déchets organiques. L’objectif : faire en sorte qu’un maximum de ce qui est exporté des champs lors des récoltes puisse y retourner pour fertiliser les cultures suivantes.

En savoir plus

L’étude complète apporte de nombreux compléments sur les éléments résumés ici : leviers d’action sur chaque voie de résilience décrite, pistes de gouvernance et de financement, réponses aux objections fréquentes (qui rappellent notamment que les transformations demandées impliquent de « revaloriser la profession agricole à la fois socialement et économiquement »), etc. Vous pouvez télécharger l’étude à partir de ce lien.

Conclusion : un système à réinventer (sans attendre)

Cette étude, qui montre que le travail à fournir est colossal pour faire advenir ce changement de paradigme, est intéressante parce qu’elle tire le fil de conséquences (effets du réchauffement, raréfaction du pétrole, etc.) qui font certes déjà parler mais qui provoquent encore peu de décisions de changements structurels – comme si, au fond, nous n’en prenions pas toute la mesure. Or ces bouleversements à venir doivent s’anticiper. Comme pour une pandémie, c’est une question de gestion de risques, de souveraineté, et in fine de sécurité, y compris sanitaire.

Il ne s’agit pas que d’un enjeu de long ou moyen terme. On lisait par exemple il y a quelques jours qu’Auvergne, les agriculteurs redoutent ainsi pour cet été une troisième année de sécheresse. Le taux d’humidité dans le sol est même encore plus bas que l’année dernière à la même période. Comme le dit un jeune agriculteur, « cela fait deux années de suite déjà que nous percevons des aides pour la sécheresse. Mais une aide « sécheresse » ne peut devenir permanente. Nous essayons de nous adapter au réchauffement climatique mais il va plus vite que nos capacités à modifier nos pratiques d’élevage. C’est tout un système à réinventer ».

Clément Jeanneau - Avril 2020

C’était le 10e numéro de Nourritures terrestres, la newsletter sur l’écologie qui donne matière à penser : n’hésitez pas à le partager s’il vous a intéressé !