Article Image
read

23 avril 2023, Bogdan vient enfin de comprendre pourquoi le prix de l'assurance de son vieux pickup diesel a explosé depuis trois ans. C'est à cause d'Atchoum, son nain de jardin qui veille scrupuleusement sur le gazon côté rue depuis plus d'une décennie.

Bogdan quitte son ordinateur, passe au garage prendre une masse et un sac à gravats, et sort lui régler son compte.

L'info lui est parvenue suite à des rumeurs sur Facebook, confirmées par un lanceur d'alerte Espagnol qui travaillait pour une grande société d'assurance (et qui a mystérieusement disparu depuis). L'affaire n'est pas simple, alors accrochez-vous.

A la fin des années 20, les sociétés d'assurance ont commencé à nourrir leurs ordinateurs de masses de données à analyser. Il s'agissait de rechercher des indices permettant de réduire l'incertitude - le fioul de cette industrie. C'est le fameux "machine learning" qui a commencé à faire des miracles inattendus en s'attaquant à l'analyse des photos de façades de maisons repiquées sur Google Street View. Le croisement entre ces images et les données de sinistres montrait une très nette corrélation entre des signaux récurrents et certains accidents. Ainsi la présence de nains de jardin sur la gazon d'une maison a pu être associée statistiquement à un risque important d'accident mortel d'un des résidents, en tout cas en Europe et en Indonésie. Et à ses torts en plus.

Confondant corrélation et causalité, les sociétés d'assurance ont pu ajuster leurs tarifs grâce à de nouveaux critères objectifs, sécurisant leur business par le miracle de l'intelligence artificielle et l'accès massif à des données personnelles. Les primes ont donc fortement fluctué en fonction de la présence de nains de jardins, de la hauteur de tonte du gazon et de l'indication "NO PUB" sur les boîtes aux lettres.


Recevez tous les mois notre veille et nos dernières publications dans votre boite email en vous inscrivant à notre newsletter.


Ce qu'ils n'avaient pas prévu c'est cette fuite de l'info dans les réseaux, et la vague criminelle de destruction des nains de jardins qui a touché tout le continent (et l'Indonésie) : les propriétaires ont supprimé toute trace de nain porteur de malchance et de pénalité financière de leur jardin. Google a aussi été submergé par des demandes de mise à jour de photos de façades (dans le cadre du "droit à l'oubli") par des propriétaires soucieux de faire disparaitre toute image compromettante.

Mais ce qu'ils avaient encore moins prévu, c'est la résurgence du FLNJ, qui a monté une vaste opération de sauvetage, accueillant les nains dans de discrets camps de vacances au coeur des forêts. Le FLNJ a attendu la mise à jour des algorithmes prédictifs sur la base de jardins débarrassés des nains, avant de relâcher ces derniers dans les villes. C'est la première manipulation massive de l'IA identifiée dans l'histoire.

Hackers de jardins.

Sylvain Grisot · Avril 2019

Inspiré d'une étude tout à fait sérieuse (visiblement) : "Google Street View image of a house predicts car accident risk of its resident" Kinga Kita, Łukasz Kidziński https://arxiv.org/abs/1904.05270

Blog Logo

Sylvain Grisot

-


Publié le

Image

Nota Bene

la plateforme d'observation avancée de dixit.net

Retour à l'accueil