Le blog de dixit.net

Toutes les publications de dixit.net, agence de conseil et d'innovation pour la transformation de la ville.

Alors que la pandémie n'est pas encore finie et que la revanche des campagnes est sur toutes les lèvres, penchons nous sur ce que la crise révèle de nos villes, afin de les faire plus résilientes.

Extrait de la thèse de Sarah Dubeaux "Les utilisations intermédiaires des espaces vacants dans les villes en décroissance Transferts et transférabilité entre l’Allemagne et la France" sur les origines des friches urbaines, leur développement dans nos villes et comment nous les percevons aujourd'hui.

Extrait du chapitre 8 "Recycler les espaces" du Manifeste Pour un urbanisme circulaire , par Sylvain Grisot, lors de d'un échange avec François Déalle-Facquez, directeur d'études chez Ville Ouverte et co-fondateur de la revue Sur-Mesure.

Alors que la pandémie continue de sévir et de questionner nos façons de faire la ville, Simon Davies de la Fondation AIA revient sur la relation parfois ambiguë entre ville et maladie, et esquisse les principes d'un urbanisme favorable à la santé.

Il nous faut gérer le dégel progressif de nos villes et dans l'urgence permettre aux gens de reprendre leurs mouvements. Cette fameuse distanciation physique (et pas sociale) imposée par la pandémie nous empêche tout simplement de faire comme avant. Un mètre, deux mètres, six pieds... Il nous faut redonner bonne mesure à nos villes, retrouver une échelle humaine un peu plus distante. L'occasion est unique de repenser le partage centenaire de la rue, il ne faut pas la gâcher.

Entretien avec Sarah Dubeaux, docteure en urbanisme et en aménagement. Après avoir écrit une thèse sur la décroissance urbaine en Allemagne et en France, elle nous explique ce qu'est ce phénomène et comment il est assumé très différemment des deux côtés du Rhin.

Entretien avec la docteure et présidente de l'entreprise Sol &co, Anne Blanchart, à propos de l'importance des sols dans la planification territoriale et l'urbanisme opérationnel : "Le parent pauvre de l’aménagement du territoire, aujourd'hui, cela reste le sol". L'occasion pour nous de remettre une couche, après l'article de Patrick Henry Agir avec et pour les sols, sur ces potentiels encore trop peu considérés.

Article spécial de la newsletter Nourritures Terrestres, par Clément Jeanneau, qui nous propose un riche résumé de l'étude sur la résilience alimentaire publiée par Les Greniers d'Abondance. Nous avons choisi de publier son texte car cela nous semble plus que jamais d'actualité.

Patrick Henry poursuit la conversation engagée par le "Manifeste pour un urbanisme circulaire", en portant un regard neuf sur la question des sols urbains. Une piste qu'il nous faudra désormais suivre.

Rénover des bâtiments vides en colocations multiculturelles, solidaires et joyeuses, voici ce que propose l'association Caracol. Elisa Desqué et Simon Guibert nous expliquent comment, grâce à l'urbanisme temporaire, ils favorisent l'insertion des réfugiés par le logement et l'emploi.

Alors que le temps est suspendu pour la plupart d'entre nous, nous avons demandé à nos lecteurs quels étaient leurs conseils lecture afin de mieux profiter de cette période de confinement. L'occasion aussi de préparer l'après, qui ne pourra être un retour à la normale.

Vous avez été nombreux à nous répondre, merci ! Voici leurs conseils.

Un territoire au bord de fleuve, entre les communes de Nantes, Rezé et Bouguenais, constitué d’immenses plateformes stériles qui accueillent les fonctions servantes de la ville : abattoirs, équipements, zones commerciales, secteurs d’activité, parking relais... Mais il est temps désormais d’habiter plus et mieux ce territoire. Et pour arriver à créer, dans la métropole, des logements familiaux écologiques et abordables, il va falloir s’y prendre autrement.

Entretien avec Hervé Dupont, ingénieur des ponts et architecte à la retraite. Hervé Dupont nous a envoyé il y a quelque temps un joli conte (voir ci-dessous), retraçant la vie d’animaux dans une réserve. Ce conte métaphorique de l’espace public soulève la question de l’accessibilité de celui-ci aux “petits animaux”, c’est-à-dire aux piétons. Si Hervé Dupont est mal-voyant depuis 5 ans, l'enjeu de l'accessibilité de l'espace public s'adresse à tous les piétons.

Entretien avec Virginie Raisson-Victor, autour de son ouvrage "2038, les futurs du monde". Désormais installée à Nantes, elle dirige le LEPAC, Laboratoire indépendant de prospective fondé en 1990 avec Jean-Christophe Victor. Elle nous explique son approche très spécifique de la prospective, les enjeux du chocolat, mais surtout la nécessité de penser le futur pour le transformer.

"Je ne suis ni optimiste ni pessimiste : cela dépend des jours, des humeurs, du beau ou du mauvais temps. En revanche, je suis confiante sur le fait qu’on peut encore faire quelque chose et extrêmement déterminée."

Bruxelles. Je cherche juste la Gare du Nord, mais Google Maps finit par me perdre à essayer de me fourguer une trottinette électrique. Je veux juste marcher. Ici aussi, elles parsèment les trottoirs, même si elles sont sans doute moins nombreuses qu’à Paris à la grande époque.

Je finis par rentrer par une porte dérobée signalée par une immense enseigne lumineuse clignotante, si grande qu’elle en est illisible. Un accordéoniste monte la garde à l'entrée, mais c’est sans doute normal. Ouf, c'est bien ici la Gare du Nord, j’avais peur de rentrer dans un de ces cinémas spécialisés qui égayent ce genre de quartier. Elle m'a donné un point de rendez-vous précis mais un peu énigmatique « dans le hall en marbre, à côté du Quick ».

Non, ce n'est encore pas la bonne porte. Décidément j'ai du mal à les trouver, ces entrées. Celle de l'ancien Marché d'Intérêt National (MIN) de Nantes est désormais barricadée. Les engins de chantier ont commencé leur ballet pour effacer toute trace de ce coeur alimentaire de la ville, niché depuis...

Difficile de se représenter l'ensemble des flux qui entrent et sortent de la ville, mais il est pourtant essentiel de comprendre le fonctionnement de la ville pour en réduire réellement les impacts. Entretien avec Jean-Baptiste Bahers, chercheur au CNRS, qui travaille actuellement sur le métabolisme urbain face aux injonctions de l'économie circulaire.

Soyons honnêtes - on est entre nous - les colloques sont peuplés de tables rondes qui ronronnent. Mais pas celles-là. L'importance du sujet (“Les friches, une opportunité pour les territoires”) mais surtout la qualité des intervenants réunis début octobre à Lille par le CNFPT a permis de dresser un portrait complet des enjeux du recyclage des espaces urbains. Cela méritait bien une vraie synthèse.

Il y a parfois des temps morts dans la vie d'un bâtiment. Il est construit, occupé, et puis se vide pour attendre un nouveau propriétaire, des travaux de réhabilitation ou sa déconstruction. Camelot Europe est une entreprise qui intervient sur ces temps de vide en donnant un usage aux lieux, en réalisant les travaux nécessaires à leur transformation en logements temporaires et en assurant leur gestion. C'est un moyen pour les locataires de disposer de logements à prix très réduits, et pour les propriétaires de maintenir une occupation de leurs locaux en minimisant les risques de dégradation. Un nouvel exemple d'intensification de l'usage de l'existant.