🌳 Le sol en héritage

🌳 Le sol en héritage
Photo by Daniel Hajdacki / Unsplash

La nature commence doucement à repointer son nez au cœur de nos villes. C’est bien, c’est essentiel même. Nous en avons besoin pour mieux encaisser les coups de chaud, et pour les rendre accueillantes et aimables. Car bien entendu l’avenir est aux villes, aux grandes comme aux petites. Alors il nous faut planter, au moins autant qu’il nous faut construire. Mais qui dit nature en ville dit aussi besoin de sols fertiles. Pas de végétal sans sols perméables, riches et profonds, porteurs de biodiversité. Or ce ne sont pas des sols de ce type qui se cachent sous le bitume de nos parkings. Ceux-là ont bien du mal à permettre à nos arbres de pousser. Alors on fait entrer dans nos villes des tonnes de sols neufs, timidement appelés « terre végétale ».

Mais si rien ne se perd, rien ne se crée non plus. Ces terres utilisées pour renaturer nos villes sont en général des sous-produits de l’étalement urbain : des sols agricoles grattés pour laisser la place à des routes, des lotissements ou des zones d’activité. Ce renouveau timide de la nature dans nos villes ne peut pourtant pas dépendre de la consommation de leurs campagnes. La rupture avec l’étalement doit donc aussi déboucher sur un changement radical dans la conception des projets de paysage dans la ville, en assumant le sol déjà là. Ce sol imparfait est aussi un héritage qu’il faut intégrer malgré sa complexité : il est souvent pauvre, parfois pollué... Ce n’est donc plus le projet de paysage qui doit dicter la nature du sol, mais le sol en place qui doit être compris pour tisser le projet en fonction. Le développement de nouvelles techniques pour rendre fertiles ces sols urbains est sans doute nécessaire, mais c’est surtout le changement de posture d’une profession qui s’amorce, illustré cette semaine par un échange éclairant avec Sylvanie Grée que je vous invite à lire.

— Sylvain

PS : L'interview sur l'urbanisme circulaire parue récemment dans Télérama est disponible sur le site de Chantiers Communs.

Entretien · Le sol en héritage

Sylvanie Grée est paysagiste-concepteur urbaniste et codirige l'agence D'ici là. Nous avons discuté du confinement et du besoin de nature qui s'est manifesté fortement, mais aussi des sols et de résilience du végétal. Un entretien tiré du podcast du CNFPT "La Ville en Question", une émission animée par Marie Huygues et Sylvain Grisot entre septembre et décembre 2020.


Ouverture · Lire, écouter, rencontrer, voir...

đź“… Agenda.

  • L'ANRU prĂ©sente un webinaire sur le "RĂ©emploi de matĂ©riaux dans les quartiers NPNRU" le 17 mars Ă  14h. (Inscription)
  • Olivier Bories, enseignant-chercheur Ă  l’ENSFEA, questionnera, lors d’un CafĂ© GĂ©o, l’agriculture urbaine comme solution d’avenir, le 20 mars. (UniversitĂ© de Nantes)
  • Les 22 et 23 mars, suivez le grand dĂ©bat sur la ville en Ă©conomie circulaire, oĂą Sylvain interviendra. (AIMF)
  • AgroCampus Ouest intervient dans le prochain webinaire de l'ARS "Mesure de l'influence des espaces vĂ©gĂ©talisĂ©s sur la santĂ© des habitants Ă  l'Ă©chelle d'un quartier", le vendredi 2 avril Ă  9h. (Urbanisme et santĂ©)

🎧 A écouter. L'Ecole urbaine de Lyon propose depuis trois ans des rendez-vous "A l'Ecole de l'Anthropocène", ouverts à toutes et à tous, pour débattre des changements globaux des mondes urbains. (Les replays)

🏠 Prescription. Vif débat en Allemagne suite à l'interdiction par plusieurs maires de construire des maisons individuelles. Il est vrai que la consommation de matières premières, l'augmentation du trafic routier, celle des loyers et l'étalement urbain ne plaident pas en leur faveur. C'est cependant encore mal compris et mal vécu par des habitants : peut-être parce qu'on explique mal ou qu'on a peu de bons exemples de densité réussie ? Pour le maire de Alsterdorf, ville périurbaine d'Hambourg, il n'y a de toute façon plus le choix, écologiquement et socialement parlant. Il faudra faire la ville en optimisant l'espace, en construisant plus haut, mais aussi en densifiant la nature, élément essentiel à une bonne qualité de vie. (Reporterre)

image.png

📖 La terre en commun, plaidoyer pour une justice foncière. Par Dominique Potier, Pierre Blanc et Benoît Grimonprez, 2019. Un petit livre dense et utile. C'est bien des terres agricoles dont il est question, mais on y découvre au fil de la lecture combien la façon dont elles sont possédées et exploitées a des impacts qui dépassent le seul monde rural. Les trois plumes du géopoliticien, du juriste et du député se succèdent en des chapitres distincts, mais parfaitement articulés, pour s'achever sur un court dialogue conclusif. On y comprend combien la question de la propriété du sol structure l'organisation politique des territoires, quelles que soient les époques ou les géographies. On y confirme aussi que les stratégies agricoles doivent se penser en même temps que le développement urbain, et ne devraient constituer qu'un seul projet qui pourrait être l'objet des SCoT. Une fois de plus, parler du sol impose de (re)penser le système dans sa globalité, pour aboutir sur la nécessité d'une gestion plus démocratique de ce commun essentiel. (Éditions fondation Jean-Jaurès)

🚎 Transports publics. Les débats sur la gratuité des transports publics ne datent pas d'hier et beaucoup de candidats aux municipales proposaient de la tester. Cet article (long ;) a le mérite de reposer la question sous l'angle de l'effet escompté de la gratuité sur les voyageurs : un petit cours d'économie qui rappelle que l'équation n'est pas aussi simple que "gratuit = plus d'utilisateurs". Avec quelques pistes pour penser les transports publics dans le monde d'après. (15 marches)

🗺️ Carto. En attendant de pouvoir retourner au théâtre, vous pouvez vous amuser à parcourir ce plan du métro parisien un peu atypique. (Stations culturelles)

image.png

dixit.net est une agence de conseil et de recherche urbaine. Tous les mercredis, nous décryptons dans notre newsletter les grands enjeux de la ville et de ses transitions. Si vous la lisez pour la première fois, c'est le moment de s'abonner à cette newsletter.