đŸŽâ€â˜ ïžÂ Mal de terre

đŸŽâ€â˜ ïžÂ Mal de terre

C’est un de ces petits ouvrages qui se lisent d’une traite. Cela pourrait juste ĂȘtre l'histoire Ă©difiante d’un parisien qui trouve refuge sur l’üle de Porquerolles pour Ă©chapper Ă  la canicule. Mais c’est bien sĂ»r beaucoup plus que cela. C’est moins la chaleur, que les angoisses provoquĂ©es par un monde qui s’effrite et les responsabilitĂ©s personnelles associĂ©es Ă  chacun de ses gestes, que tente de quitter Nicolas Schultz.

Mais l’üle fait partie du monde, et elle est mĂȘme le thĂ©Ăątre d’une surexploitation qui menace son fragile Ă©quilibre. C’est l’occasion de prolonger in situ les rĂ©flexions sur les nouvelles classes gĂ©osociales engagĂ©es par l’auteur avec Bruno Latour dans leur dernier ouvrage :

Un nouveau climat rĂšgne sur Porquerolles, son territoire change et les gens s’allient diffĂ©remment, combattent de nouveaux pirates et les affrontent dans une lutte des classes inĂ©dite. Ici et ailleurs, la perte des terres se fait sentir sous les pieds des peuples Ă  des degrĂ©s divers et, en rĂ©action, des classes convergent dans la lutte pour la protection de leurs territoires. La terre tremble et, avec elle, le paysage des classes se modifie, de mĂȘme que ses hiĂ©rarchies, ses intĂ©rĂȘts, ses luttes et ses modes d’exploitation.

Mais c’est aussi l’occasion de revenir sur les conflits qui s’agencent entre les gĂ©nĂ©rations. Car on parle frĂ©quemment de ces actions de jeunes qui, faute de mieux, en viennent Ă  lancer des soupes dans les musĂ©es ou Ă  crĂ©er des embouteillages sur le pĂ©riphĂ©rique parisien. On Ă©voque moins souvent le destin de ces retraitĂ©s qui claquent l’hĂ©ritage dans un gros SUV ou qui font des ronds dans l’eau Ă  bord d’improbables paquebots. Mais ceux que l’on n’évoque jamais, ce sont ces grands-parents qui ont fait ce qu’il faut toute leur vie pour prĂ©parer la place des gĂ©nĂ©rations qui suivent, mais rĂ©alisent qu'ils leur ont inconsciemment savonnĂ© la planche :

À prĂ©sent (ma grand-mĂšre) Ă©tait horrifiĂ©e de voir combien la situation avait changĂ© et donnait une autre signification Ă  son passĂ©. Ses petits-enfants ne croyaient plus au caractĂšre sacrĂ© de son horizon. C’était dĂ©jĂ  difficile Ă  avaler, de s’apercevoir sur ses vieux jours que ses croyances Ă©taient caduques, mais la situation Ă©tait pire que ça. Elle se rendait compte que tout ce pour quoi elle s’était battue Ă©tait prĂ©cisĂ©ment le piĂšge qui s’était refermĂ© sur ses descendants. Non, les gens de sa gĂ©nĂ©ration n’avaient pas mis leurs hĂ©ritiers Ă  l’abri, et ils ne leur avaient pas non plus offert un avenir radieux. Ils leur avaient confisquĂ© leur terre, leurs horizons, et jusqu’à leurs conditions d’existence.

Une gĂ©nĂ©ration trahie, trompĂ©e ou qui s’est trompĂ©e, mais qui comprend et que l’on doit comprendre. Car c’est de l’alliance objective de jeunes et moins jeunes que le mouvement prendra, tous touchĂ©s par le mal de terre et capables de prendre ensemble le large.

— Sylvain Grisot (Twitter / Linkedin)

PS : Rappel pour les nantais·es, Jean-Laurant Cassely sera en table ronde le 8 décembre à 18h30 à l'Ecole d'Architecture, animée par Sylvain et Franck Renaud. A jeudi ! (Place Publique)

Mal de terre par Nikolaj Schultz, Ă©ditions Payot, 111 pages. 

Pour découvrir la pensée de Nikolaj Schultz, on vous propose de regarder cette conférence donnée à Sciences Po avec Bruno Latour, en début d'année 2022, sur la nouvelle classe écologique.

💌
Pour ne manquer aucune de nos publications, abonnez-vous Ă  notre newsletter : dixit.net/newsletter

📅 Le 14 dĂ©cembre, confĂ©rence en ligne et Ă  Grenoble Ă  propos des enjeux de santĂ© et de vulnĂ©rabilitĂ© dans nos villes et nos territoires. (Fondation AIA)

đŸŽ™ïžPodcast. Une enquĂȘte au sein du quartier de la BoissiĂšre Ă  Nantes, le long de la ligne du tram 2. Deux journalistes et sociologues y suivent la vie des habitant.es pendant plus d’un an, entrecoupĂ©s par des entretiens de chercheur.es. (La bonne cage)

🍃 Renaturer. Bien sĂ»r qu’il faut laisser de la place en ville, pour crĂ©er des ilots de fraicheur, lutter contre la pollution atmosphĂ©rique et contribuer au bien-ĂȘtre des populations. Oui, oui et encore oui. Mais attention : de quelle nature parlons nous ? Quelle place voulons nous bien lui donner ? Quel regard portons nous sur elle ? Car si il s’agit bien d’une solution contre le changement climatique, il ne s’agit pas de LA solution. La renaturation ne doit pas devenir l’arbre qui cache la forĂȘt. (Tema archi)

💌 Newsletter. On vous en a sĂ»rement dĂ©jĂ  parlĂ©, car Bulletin c’est un peu votre petite dose de bonne humeur hebdomadaire : c’est doux, poĂ©tique, rigolo et informatif ! Cet hors-sĂ©rie spĂ©cial ville nous a bien plu. Au menu : des villes Ă©galitaires, des immeubles qui s’embrassent, des kit moineaux, de mamies espionnes, de villes Ă  hauteur d’enfants, et de bien d’autres choses encore
 (Bulletin)

đŸ˜ïž Bimby. Les premiĂšres expĂ©rimentations de densification douce, lancĂ©es en 2015 dans quelques petites villes et villes moyennes, pointent leur nez. Ca y est, on commence Ă  voir les rĂ©sultats, et cela fonctionne : des maisons poussent dans des jardins privĂ©s devenus trop grands. Un processus amorcĂ© par les collectivitĂ©s, mais qui coĂŻncide trĂšs bien avec les intĂ©rĂȘts des habitant.es. (La Gazette des Communes)

dixit.net est une agence de conseil et de recherche urbaine. Tous les mercredis, nous décryptons les grands enjeux de la ville et de ses transitions. Si vous la lisez pour la premiÚre fois, c'est le moment de vous abonner à cette newsletter.

x

💌 Retrouvez notre infolettre sur la ville et ses transitions !