đŸ„ La France sous nos yeux

đŸ„ La France sous nos yeux

Nous avons pour habitude de classer nos territoires par taille. Paris d’abord, toujours, puis du plus grand au plus petit. Il y a cette poignĂ©e de mĂ©tropoles qui concentrent le dĂ©veloppement, mais qui dĂ©sormais n’en veulent plus. Puis les villes moyennes qui reprennent manifestement du poil de la bĂȘte. Le pĂ©riurbain ensuite, qui souvent se rĂȘve en espace rural, qui ferme le rang.

Tout cela est parfait pour monter des associations d’élus et Ă©laborer des politiques publiques bien rangĂ©es par catĂ©gories, mais beaucoup moins pour comprendre les dynamiques territoriales du pays. Car au cƓur de chaque catĂ©gorie, la diversitĂ© est immense, Ă  en rendre ce classement inopĂ©rant. Entre la mĂ©tropole en dĂ©crochage et celle qui surfe sur la vague numĂ©rique, quoi de commun si ce n’est les donnĂ©es de l’INSEE ? OĂč est localisĂ©e la ville moyenne-moyenne quand certaines bĂ©nĂ©ficient d’une accessibilitĂ© parfaite et d’autres d’un parfait isolement ? Comment penser et repenser le pĂ©riurbain comme un ensemble homogĂšne, quand on constate l’étendue de ses disparitĂ©s ?

Dans La France sous nos yeux  Jean-Laurent Cassely et JĂ©rĂŽme Fourquet multiplient les pas de cĂŽtĂ© pour Ă©clairer notre pays d’une sĂ©rie de regards de biais, nourris notamment de donnĂ©es inexploitĂ©es savamment dĂ©nichĂ©es dans des coins inexplorĂ©s de l’open-data. Ils remettent au goĂ»t du jour nos catĂ©gories Ă©puisĂ©es en changeant de lunette, par un subtil croisement de statistiques de visites de WikipĂ©dia et des images reflĂ©tĂ©es dans les mĂ©dias, avec une attention portĂ©e non pas au nombre d’habitants, mais au dĂ©sir :

Dans cette course Ă  la dĂ©sirabilitĂ©, tous les territoires ne disposent donc pas des mĂȘmes atouts. À l’ombre de la France « triple A », composĂ©e des villes touristiques, des bords de mer et des montagnes, des territoires entiers restent dans l’anonymat. Banlieues, couronnes pĂ©riurbaines, zones rurales sans cachet ou Ă©loignĂ©es des sites remarquables constituent cette France backstage. Celle-ci n’est pas glamour, mais elle remplit des fonctions trĂšs utiles. C’est ici que se loge une bonne partie de la population active modeste, c’est ici que ce qui reste d’activitĂ©s industrielles et agricoles est implantĂ©, c’est par lĂ  Ă©galement que transite la majeure partie des flux logistiques du pays. Les zones les plus attractives captent, elles, l’attention et la lumiĂšre, tels des artistes en reprĂ©sentation. Mais comme au thĂ©Ăątre, la piĂšce, pour ĂȘtre jouĂ©e, suppose le travail moins Ă©tincelant et moins valorisant accompli en coulisses, c’est-Ă -dire dans la France backstage.

Ce n’est qu’une des facettes explorĂ©es par cet ouvrage Ă  part, aussi dense que parfaitement lisible, peuplĂ© de cartographies, donnĂ©es, rĂ©cit de reportages ou analyses politiques. Des Ă©clats de France qui donnent une autre lecture de notre pays et de ses dynamiques, et qui posent plus de questions qu’ils n’imposent de rĂ©ponse. Et c’est sans doute ça une des grandes forces de cet ouvrage.

— Sylvain Grisot (Twitter / Linkedin)

C’est avec Jean-Laurent Cassely que l’on a rendez-vous aujourd’hui, Ă  l’invitation de la revue Place Publique et de l’institut KervĂ©gan. Il est journaliste et essayiste, tournĂ© vers les modes de vie et les questions territoriales. Il a notamment signĂ© en 2021 avec JĂ©rĂŽme Fourquet La France sous nos yeux, qui vient de paraitre en poche.

💌
Pour ne manquer aucune de nos publications, abonnez-vous Ă  notre newsletter : dixit.net/newsletter

đŸŽ™ïž Emission. PlongĂ©e historique dans nos rues, thĂ©Ăątre de toutes les actions collectives, et espace que l’on s’arrache, aujourd’hui entre les livreurs, les terrasses de cafĂ© et les dĂ©placements en tout genre. Mais apparemment, cela fait dĂ©jĂ  quelque temps que c’est un espace largement disputĂ©. L’occasion aussi de redĂ©couvrir notre entretien avec Isabelle Baraud-Serfaty sur le trottoir comme espace protĂ©gĂ©. (France Culture)

🙃 Schizotopie. Le dehors entre dans le dedans, par la radio, la tĂ©lĂ©vision, et bien sĂ»r, par le smartphone. Ces Ă©lĂ©ments feraient des nous des “dividus, scindĂ©s en deux espaces disjoints”. Être Ă  la fois nomades et sĂ©dentaires, car toujours connectĂ©s, malgrĂ© les balades et les dĂ©placements, avec des objets qui font leur chez eux. Par exemple, ĂȘtre chez soi, dans sa musique, en marchant dans l’espace public. Oui, c’est un peu philo, mais ça ne fait pas de mal un peu de jus de cerveau ! (Topophile)

đŸŽČFresque. AprĂšs la fresque du Climat, celle de la Construction, ou celle de la Ville, voici la fresque de l’artificialisation des sols, dĂ©veloppĂ©e par la Fabrique de la citĂ©. Encore une nouvelle maniĂšre ludique, intelligente et crĂ©ative de prendre conscience des enjeux de la fabrique des territoires ! (RecrĂ©ation)

🔃 RĂ©versible. SynthĂšse d’un projet de recherche sur l’urbanisme rĂ©versible Ă  des fins Ă©cologiques dans les espaces interstitiels. Vous y trouverez aussi un rĂ©fĂ©rentiel avec des Ă©tudes de cas pour comprendre le dĂ©fi architectural de la rĂ©versibilitĂ©, mais aussi tous les petits dĂ©tails techniques et juridiques Ă  avoir en tĂȘte. Beaucoup Ă  retenir, mais pour des projets bien plus intelligents ! (ADEME)

📖 Les rĂ©voltes du ciel, une histoire du changement climatique XVe-XXe siĂšcle, de Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher (Seuil, 2020) Si depuis quelques annĂ©es, on commence (enfin) Ă  parler du changement climatique, cela nous apparaĂźt comme une problĂ©matique nouvelle. Comme si le climat avait toujours Ă©tĂ© inĂ©branlable, inoffensif, bref que rien n’avait jamais bougĂ©. Ce qui pourrait d’ailleurs expliquer notre sidĂ©ration actuelle. Pourtant, les dĂ©couvertes climatiques et les sciences qui lui sont associĂ©es sont bien plus anciennes. Les humains se prĂ©occupent depuis longtemps du climat, pour expliquer des hivers rudes, des saisons de pluie, mais aussi pour s’en servir lors de l’expansion coloniale europĂ©enne. En France, en particulier, nos politiques forestiĂšres sont trĂšs liĂ©es Ă  nos connaissances du climat et de ses variations. On s’en est pourtant dĂ©tachĂ© Ă  l’aube du XXĂšme siĂšcle :

En somme, au moment prĂ©cis oĂč les sociĂ©tĂ©s occidentales rĂ©duisent leur vulnĂ©rabilitĂ©, de nouveaux ordres explicatifs court-circuitent le climat et renforcent ce sentiment, confortable et passager, de dĂ©tachement qu’on appelle parfois la modernitĂ©.

dixit.net est une agence de conseil et de recherche urbaine. Tous les mercredis, nous décryptons les grands enjeux de la ville et de ses transitions. Si vous la lisez pour la premiÚre fois, c'est le moment de vous abonner à cette newsletter.

x

💌 Retrouvez notre infolettre sur la ville et ses transitions !