💾 Sortir le sol de l'Ă©quation

💾 Sortir le sol de l'Ă©quation
Source : by Franck Seuret (Pixabay License) RĂ©sidence Les Albatros par NĂ©otoa 

Il a fallu une pandĂ©mie mondiale pour que certains rĂ©alisent que celles et ceux qui font tourner nos villes et nos hĂŽpitaux ne peuvent plus se payer un logement dĂ©cent au cƓur des mĂ©tropoles attractives. Ils ont donc dĂ©sormais un nom, ces fameux travailleurs essentiels, mais toujours pas de logements. Alors, aprĂšs une grosse dĂ©cennie d’inflation fonciĂšre qui a transformĂ© ce bien vital en denrĂ©e de luxe, il serait temps de trouver des solutions. Car la raretĂ© et l’explosion des prix repoussent toujours plus loin les mĂ©nages aux revenus normaux qui cherchent Ă  devenir propriĂ©taires et ont envie d’un petit bout de jardin pour leurs enfants. Il y a peut-ĂȘtre du rĂȘve pavillonnaire dans tout ça, mais surtout la rĂ©alitĂ© crue de marchĂ©s immobiliers qui laissent une partie des Français de cĂŽtĂ©.

Le BRS proposĂ© par les OFS est peut-ĂȘtre une solution. C’est dĂ©jĂ  l’illustration parfaite de l’appĂ©tence de la profession pour les acronymes abscons, mais passons. Tout cela n’est finalement pas si compliquĂ©. L’idĂ©e est que les mĂ©nages soient propriĂ©taires de leur logement, mais pas du sol sur lequel il est construit, qui reste propriĂ©tĂ© d'un Organisme Foncier Solidaire (l'OFS). Ce cher foncier sort donc de l’équation d’achat qui s’en retrouve notablement rĂ©duite, au point d’en devenir abordable. Pour bĂ©nĂ©ficier de ces conditions favorables, le mĂ©nage doit justifier de revenus modestes, s’acquitter d’une location souvent minime du sol via un Bail RĂ©el Solidaire (voilĂ  le BRS) et se soumettre Ă  des clauses antispĂ©culatives. Est-ce enfin la solution Ă  tous nos problĂšmes ? Évidemment non, mais c’est une solution en plus face aux difficultĂ©s Ă  produire des logements abordables dans certains secteurs. Nous avons besoin d’une caisse complĂšte d’outil efficaces, pas d’un couteau suisse miraculeux.

C’est aussi une bonne illustration des potentiels de la dissociation des propriĂ©tĂ©s du sol et du bĂąti, qui peut ĂȘtre une voie efficace pour gĂ©rer de façon plus cohĂ©rente et durable les usages de nos sols. Car il n'y a pas que le logement abordable qui pose problĂšme. Les rez-de-chaussĂ©e commerciaux des centres, les franges agricoles des villes, les zones d’activitĂ© Ă©conomique sont autant d’espaces dont la gestion par le seul marchĂ© laisse pour le moins Ă  dĂ©sirer. Ce sont pourtant des exemples d’usages essentiels pour le bien de tous, et donc des sols communs dont l’importance justifie de les mettre entre les mains d’opĂ©rateurs collectifs qui gardent un Ɠil sur le temps long. Nul besoin d’en passer par des innovations juridiques radicales, (presque) tous les outils sont lĂ . C’est d’une rupture culturelle dont il est question, pour cesser de considĂ©rer le sol comme un bien de consommation ordinaire.

— Sylvain

PS : Ma premiĂšre tribune 📱 pour la Lettre du cadre territorial est publiĂ©e, et son titre ne devrait pas vous Ă©tonner : "La seconde vie de la ville".

OFS/BRS ? Quand le logement se libĂšre du foncier.

Et si on dissociait le sol du bùti pour proposer des logements abordables ? On en parle avec HélÚne Reynaud, consultante en immobilier résidentiel et aménagement. Petite mise au point sur les BRS et les OFS !

Lire et Ă©couter l'interview

📆 Jeudi 3 fĂ©vrier. Colloque "Les nouveaux horizons de la cohĂ©sion des territoires". Sylvain interviendra dans une table ronde sur "Les villes moyennes, nouvel eldorado ?". N'hĂ©sitez pas Ă  vous inscrire ! (ANCT)

đŸŽ™ïž Podcast. L’écoanxiĂ©tĂ©, une maladie qui touche la moitiĂ© des jeunes ? Un mal sans doute, mais pas une maladie. Une rĂ©action parfois handicapante, mais raisonnable face Ă  la marche du monde. La solution est sans doute dans l’action et la politisation de la crise, pas dans les mĂ©dicaments. (L'heure du monde)

⛔ Météo marine. Une initiative intéressante afin de mieux comprendre le changement climatique depuis l'Úre industrielle : retranscrire les registres météo des marins qui ont traversé l'Atlantique ou l'océan Indien dans les années 1860-70s. Impressionnant. (Weather Rescue At Sea)

⭐ Impact fictionnel. Entretien de Yannick Roudaut, auteur et Ă©diteur Ă  la Mer SalĂ©e, dont on a dĂ©jĂ  parlĂ© dans cette newsletter. Il revient sur son dernier ouvrage Quand l’improbable surgit, un autre futur revient dans la partie, dĂ©diĂ© Ă  la puissance de l'improbable, comme chemin potentiel de la rĂ©silience. Il nous rappelle qu'il n'est plus du tout crĂ©dible que le monde dans lequel nous vivons ressemble Ă  celui de 2040 et que, entre deux rĂ©fĂ©rences cinĂ©matographiques, la fiction a un impact fondamental pour changer le rĂ©el. (Bande Ă  part)

📖 Petit traitĂ© du jardin punk, Eric Lenoir (Terre Vivante, 2019) Difficile de dire que ce petit livre est un guide de jardinage. Il Ă©noncerait des rĂšgles, alors qu'Eric Lenoir invite au contraire Ă  dĂ©laisser les normes pour investir des jardins de tous types. DestinĂ© Ă  celles et ceux qui se lancent dans l'amĂ©nagement de jardins publics comme privĂ©s, c'est un appel Ă  lĂącher prise et Ă  laisser la nature faire. Si les pistes tracĂ©es peuvent frustrer ceux qui cherchent le mode d'emploi de leur paysage, elles permettront sans doute aux autres de l'aborder par un pas de cĂŽtĂ©, en commençant par Ă©couter le dĂ©jĂ -lĂ . Sans doute une bonne piste.

dixit.net est une agence de conseil et de recherche urbaine. Tous les mercredis, nous décryptons dans notre newsletter les grands enjeux de la ville et de ses transitions. Si vous la lisez pour la premiÚre fois, c'est le moment de s'abonner à cette newsletter.

x

💌 Retrouvez notre infolettre sur la ville et ses transitions !