Shifting baseline syndrome

Courte analyse du Shifting baseline syndrome, de Daniel Pauly, tirée d'une newsletter publiée le 24 mars 2021.

Shifting baseline syndrome

Une fois n'est pas coutume, partons cette semaine en mer. Suivons pour cela Daniel Pauly, un océanographe réputé qui a développé la notion de “syndrome du changement de référence” (shifting baseline syndrome). L'histoire est à première vue bien connue : face à la raréfaction de certaines espèces de poissons, l'instauration de quotas de pêche limitant les captures est nécessaire pour préserver la ressource. Au cœur du dispositif, des scientifiques sont à la manœuvre pour évaluer l'état des stocks et fixer les quotas en conséquence pour restaurer un stock normal. Oui, mais qu’est-ce qu’un stock normal ?

C'est ici que l'histoire se corse. Daniel Pauly a identifié une tendance générale de ces professionnels à considérer comme normale la situation qu'ils ont connue au début de leur carrière. Mais la dégradation progressive des stocks de poissons fait que les scientifiques qui se succèdent à cette tâche considèrent comme normaux des niveaux de plus en plus dégradés sans s'en apercevoir, entraînant un décalage progressif du niveau de référence de génération en génération. C'est une forme d'accommodement collectif au déclin des ressources, lié à la succession des observateurs. On s'habitue, c’est tout. Et contrairement à ce que dit la chanson, c'est parce qu'on oublie tout :

Nous transformons le monde, mais nous ne nous en souvenons pas. Nous ajustons notre niveau de référence, et nous ne nous souvenons pas de ce qu'il y avait avant. (...) Chaque génération considère les images du début de sa vie consciente comme le "normal" et extrapole vers l'avenir. Alors toute différence par rapport à ce niveau est perçue comme une perte, mais pas ce qui s'est passé avant. Vous pouvez avoir une succession de changements de ce type, et ne conserver à la fin que de misérables restes.

— Daniel Pauly

Les photos jaunies de pêche miraculeuse du début du XXe siècle n'ont en fait rien d’exceptionnel : ce sont des pêches normales que l'on regarde d'aujourd'hui comme des anomalies. C'est pour cela que les réserves naturelles sont aussi importantes : en réduisant les impacts humains sur un secteur précis, elles permettent de regarder dans le passé au-delà de notre propre génération pour recaler notre niveau de référence. L'analyse de Daniel Pauly résonne bien entendu au-delà du seul milieu maritime, et peut s'appliquer à tous les domaines qui nécessitent d'engager aujourd’hui une transition environnementale.

https://dixit.slite.com/api/files/QGs6RAvOFq/image.png

Alors, revenons sur la terre ferme où le syndrome du changement de référence fait aussi des ravages. Depuis un demi-siècle, nous privilégions la construction neuve en périphérie grâce à l'irruption de la voiture au cœur du moteur de la fabrique de la ville. C'est un modèle très récent à l'échelle de nos villes, mais suffisamment ancien pour que nous n'ayons tous connu que cela dans notre vie consciente. C'est notre "normal" dont il est si difficile de nous détacher alors que le besoin de faire transition est évident :

Tant que les urbanistes élargissent les routes et en construisent de nouvelles ; tant que les conducteurs ont peu d’options alternatives et ne paient pas le coût complet de leurs trajets ; tant que les politiques publiques incitent les gens à vivre dans des banlieues éloignées, nous aurons un futur toujours plus étalé.

— Janette Sadik-Khan, Street Fight

C'est pour cela qu'il est nécessaire de regarder en arrière pour comprendre d'où vient ce système qui s'emballe aujourd'hui. Regarder en arrière pour comprendre qu'une autre fabrique de la ville est nécessaire, mais aussi possible. Regarder en arrière, mais pas pour y retourner : pour réaliser aussi le caractère fugace du modèle actuel à l'échelle de la vie de nos villes et engager la construction concrète du nouveau normal.

Pour aller plus loin, ne manquez pas la conférence TED de Daniel Pauly sur le sujet, ainsi que son court article (en anglais) : Anecdotes and the shifting baseline syndrome of fisheries (Trends in ecology and evolution, volume 10, numéro 19, octobre 1995 )

Bonne découverte.

Pour consulter la newsletter dans son ensemble : https://dixit.substack.com/p/shifting-baseline

Sylvain Grisot · dixit.net · avril 2021

S'abonner à la newsletter