🚸 Tactiques urbaines

🚸 Tactiques urbaines
Photo by Tobias Tullius / Unsplash

Les pistes cyclables en jaune dessinées hâtivement dans nos rues pour le (premier) déconfinement ont popularisé l’urbanisme tactique comme outil de transformation de nos espaces publics. La recette est connue : sentir le besoin (favoriser l’usage du vélo par exemple), transformer l’espace public avec des moyens réversibles et peu coûteux (peinture au sol, potelets…), évaluer (comptages, observations…) et en fonction des résultats, pérenniser, adapter ou abandonner le projet.

Ce n’est pas un outil de chantier, malgré le jaune omniprésent, pas vraiment un outil de conception, mais plutôt un outil de dialogue. Il est plus facile d’accepter des changements dans nos rues pour une période de test que des transformations pérennes, mais c’est surtout beaucoup plus efficace de discuter autour d’aménagements concrets que d’un plan. Cela vaut pour les échanges avec les habitants, mais aussi pour la multitude de services qui interviennent sur l’espace public et qu’il faut mettre d’accord entre eux. Ce n’est pas une recette magique, mais une méthode qui a montré son utilité de New York à La Roche-sur-Yon.

Mais l’urbanisme tactique est-il un outil aux mains des seules collectivités ? Pas seulement. N’oublions pas que sa version originale (anglo-saxonne) est une prise en main par les habitants de leurs rues délaissées par les pouvoirs publics. Quand en France des parents d’élèves bloquent la circulation automobile devant l’école de leurs enfants le temps de l’entrée en classe, ils s’approprient aussi les outils du temporaire pour montrer à la collectivité, aux parents et aux enfants que c’est possible et même souhaitable.

Demain, les rues de nos villes seront fréquentables en vélo par les enfants de 7 ans, mais l’enrobé aura aussi laissé la place à des sols vivants et perméables, et le végétal sera omniprésent. La nouvelle canopée urbaine qui nous protègera des coups de chauds sera constituée de tellement d’arbres qu’en couper un laissera tout le monde indifférent. Il va falloir s’inspirer des méthodes de l’urbanisme tactique pour accélérer ce changement. Tâtonner, multiplier les erreurs et apprendre vite. Il faudra aussi se souvenir que l’initiative ne vient pas que des collectivités, mais aussi des habitants. Nous allons avoir besoin de toutes les bonnes volontés pour pacifier nos rues, libérer les places de parking, faire sauter les pavés pour semer et planter partout dans la ville.

— Sylvain

PS : Plus que 9 jours pour commander votre jeu Fresque de la ville. Si c’est déjà fait, merci ! Mais nous avons aussi besoin de vous pour faire passer le message dans vos réseaux :D Tous les liens sont là :

Entretien · Rue modulable à volonté

Le 12 juillet 2021, nous avons assisté à l'inauguration de la rue Clémenceau à La Roche-sur-Yon. Cette rue piétonne accueille pour un temps une dizaine de modules en bois permettant d’expérimenter de nouveaux usages. Nous avons pu nous entretenir avec Johan Gardon et Fanny Sire, acteurs impliqués au cœur de la démarche.


Ouverture · Lire, écouter, rencontrer, voir...

đź“… Agenda.

  • Du 23 au 25 novembre : les RDV de l’urbanisme “Ca s’étale ! Repensons l’amĂ©nagement du territoire par la sobriĂ©tĂ© foncière”. (CAUE 64)
  • 30 novembre, Ă  Nantes : le OFF du DD “L’architecture frugale : une rĂ©ponse face Ă  l’urgence climatique”. (Novabuild)
  • 1er dĂ©cembre, Ă  Paris : journĂ©e sur “les dĂ©fis d’un foncier et d’un logement abordable”. (Union pour l’Habitat Social)
  • 2 dĂ©cembre Ă  13h : webinaire de prĂ©sentation et de formation Ă  l’animation de la Fresque de la ville. (dixit.net)
  • 6 dĂ©cembre, Ă  Besançon : après-midi atelier Fresque de la ville et confĂ©rence sur l’urbanisme circulaire ! (Energy Cities)

🚲 Automobiles en péril. Enfin un article qui parle des vrais problèmes de la ville : les odeurs corporelles des cyclistes. A Besançon, les automobilistes se sont mobilisés dans un fraternel embouteillage pour se faire entendre... Heureusement que certains veillent. (L'Echo de la boucle)

🚀 Innovation. Un tribunal et des jurés (fictifs) pour décider si oui ou non, les entreprises doivent appuyer sur le bouton pause dans leur recherche permanente de nouveauté. Continuer, tout en donnant des valeurs et une éthique à la course ? Stopper pour limiter la dépendance et être plus résiliente ? Mais surtout, va-t-on vraiment avoir le choix d'appuyer sur pause ? On aime les dessins de Tommy qui alimente l'article. (Usbek & Rica)

257700045_571419303949763_4273492599435707856_n.jpg

📖 A lire. Aux alentours, regard écologique sur la ville, de Mickaël Labbé. (Editons Payot)

On plonge dans le regard personnel et attachant de l'auteur sur son environnement, mais qui pourtant nous parle à tous. Surtout après des semaines de confinement, de "rétrécissement" du quotidien, où l'on a vu notre extérieur proche sous un jour nouveau. C'est un écrit doux qui raconte l'amour d'un habitant pour sa ville, mais sans naïveté et avec une langue parfois cynique et acerbe. Laissez-vous porter dans cette balade de la cité "prioritaire où les habitants sont servis en dernier", en passant par la voie romaine encombrée, puis sous le pont de l'autoroute, jusqu'au centre-ville muséifié de Strasbourg.

Bien souvent, l'architecture devrait consister à ne rien faire. A simplement laisser être. (...) Apprendre à ne pas trop la ramener. A en faire le moins possible dans un espace bâti déjà sursaturé, irrespirable parce que trop plein. Car le rythme, ce sont aussi les pauses. Architecture, une éthique écologique et sociale. Plutôt que de toujours construire ou construire plus : réparer, consolider, laisser être. Se mettre au chevet de l'existant.

♻️ La ville en économie circulaire. Nouvelle publication de Raisonnance, pleine de sujets intéressants : la ville sobre et résiliente, le financement de l'économie circulaire, le renouvellement urbain, les tiers-lieux, le réemploi... Et oui, Sylvain a écrit un article dedans ;) (AIMF)

💹 Déménagement massif ? Et si la réalité était plus complexe que ce fameux exode urbain dont on a tant parlé. En attendant les chiffres qui permettront de mieux comprendre les mobilités résidentielles post confinement, voici un article qui met quelques idées au clair sur le match ville versus campagne. (INRAE)

🚴 Avant de partir. Vous avez jusqu’au 30 novembre pour répondre au baromètre des villes cyclables, c’est le moment de s’y mettre ! (Parlons vélo)

dixit.net est une agence de conseil et de recherche urbaine. Tous les mercredis, nous décryptons dans notre newsletter les grands enjeux de la ville et de ses transitions. Si vous la lisez pour la première fois, c'est le moment :